La qualité de notre écoute détermine la qualité de notre coaching

De la qualité de notre écoute dépend la qualité de notre coaching
Savoir accepter l’autre comme il est. C’est une attitude empreinte de respect et de considération pour favoriser la confiance et manifester un réel intérêt. Être centré sur ce que l’autre vit et non sur ce qu’il dit. Lui montrer que nous le respectons. (Cf C. Rogers)
Accueillir la ou les personnes et leur laisser un espace d’expression. Il est nécessaire de mettre de côté sa propre vision du monde pour se centrer sur celle de la personne que nous coachons. Être présent au coaché et à sa réalité avec sincérité afin que celui-ci progresse sur son propre chemin.
L’essentiel de notre approche est d’être centré sur « l’autre » sans toutefois influencer son attitude ou créer une certaine pression. Selon C. Rogers, le « conseiller » ne doit pas conseiller, ni interpréter, mais créer les conditions pour que le « client » règle lui-même son problème car selon lui, la personne détient les solutions à ses problèmes. J’adhère totalement à cette façon de voir les choses. Et le coach fera preuve d’empathie lors de son écoute. C’est « la capacité de s’inscrire dans le monde subjectif d’autrui pour le comprendre de l’intérieur ».
« Je crois que je sais pourquoi il m’est agréable d’écouter quelqu’un. Lorsque je parviens à entendre réellement un autre, cela me met en contact avec lui. Cela enrichit ma vie. C’est en écoutant les gens que j’ai appris tout ce que je sais sur les individus, sur la personnalité, sur les psychothérapies et les relations interpersonnelles. (…) Lorsque je dis que j’éprouve de la joie à écouter quelqu’un, il s’agit bien entendu d’une écoute en profondeur. Je veux dire que j’écoute les mots, les pensées, les intonations, la signification qu’y met la personne, et même la signification qui se trouve au-delà de l’intention consciente de celui qui parle ». C. Rogers.
Ma question est la suivante. Que se passe-t-il en entreprise et dans le monde sportif par rapport à ce concept qui est relié à l’intelligence émotionnelle?
Quand le coach développe une écoute active alors il est capable d’avoir une attitude ouverte, d’être détendu tout en étant déterminé. Il respire tranquillement, ses questions sont alors ouvertes, concrètes, adaptées à la situation et aux objectifs. Il prend du recul et donne facilement la parole. Un bon coach parle, questionne pendant trente pour cent du temps et il écoute pendant le reste ! Il traduit le discours en images tout en analysant la façon de s’exprimer et de raisonner du coaché. Évidemment il fait preuve d’empathie et de bienveillance. Et enfin il fait des retours, des bilans des situations vécues et synthétise avec précision les différents éléments, les différentes informations.
Le coach est un créateur de réussite sans s’y attacher. Il s’intéresse au processus et non au produit.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.